Les conférences de poche

Tout savoir sur rien du tout.

Photo Léon Lenclos - Conferences de poche

C’est un cycle de quatre conférences, quatre conférences de poche qui nous transportent dans l’univers de Léon Lenclos, où l’irréel devient banal, où le quotidien semble extraordinaire.

De quoi va-t-il parler ? Dès les premières phrases, on est saisi : bon sang ! Il me parle de moi. À grandes enjambées, un pas dans la science, l’autre dans la poésie, il nous apprend ce que l’on pressentait sans pouvoir mettre de mots dessus. Notre peur du vide, des trous, de l’inconnu… et nos fantasmes, rire de tout, ouvrir la fenêtre et s’envoler comme un oiseau.

L'invention des vêtements est certainement une déclinaison du concept de toit rendue necessaire par le nomadisme des premiers hommes

J’appelle mes interventions conférences. C’est un mot qui peut faire un peu peur, en vérité, il faut y voir une recherche de simplicité, voire de neutralité du dispositif. Une chaise, une table, la parole. Il s’agit de raconter des histoires aussi simplement que le professeur de physique dit son cours, que l’ami relate sa journée ou que le voyageur décrit ce qu’il a vu en rentrant chez lui.

Dans les conférences de poche, je m’intéresse plus aux microévènements. Donner de l’importance aux évènements mineurs, quotidiens. Trouver le merveilleux dans ce qui nous entoure. Jouer avec la fiction en mélangeant des histoires vraies invraisemblables et des histoires fausses très banales. L’auditeur doute de chaque détail, mais les accepte tous.